Publié le 24/01/2016

Psychologie : Nos blessures réveillées….

De quel chagrin s’agit-il ? De quelle colère ou humiliation parlons nous ?

Nous avons besoin d’entrer en nous-même pour s’approcher de l’origine de nos maux. La plupart du temps, nous pouvons nous remémorer des faits, des traumatismes, des souvenirs de l’enfance. Ceux-là même sont réactivés maintes fois dans notre existence.

Si nous prenons l’exemple d’une mère exigeante et perfectionniste, nous pouvons imaginer son enfant, devenu adulte, dans un terrible sentiment d’infériorité s’il n’est pas premier à une course amicale entre collègues de bureau. Cet adulte pourrait même être en colère contre les autres compétiteurs.
En prenant ce temps d’introspection, nous pouvons comprendre qu’une ancienne blessure a été touchée et le fait de se fâcher contre ses collègues ne résoudra rien. Revenir à la source et panser nos anciennes plaies nous permettent de prendre du recul face aux événements.

La plupart du temps, il s’agit d’un prolongement d’une souffrance ancienne, parfois même oubliée. Un manque de regard ou d’attention lorsque nous étions bébé et voilà que nous nous sentons abandonnés parce que notre amie a annulé un rendez-vous. C’est la problématique de l’abandon qui doit être travaillée en priorité et non la relation avec cette amie.

Retrouver les émotions de l’enfance, c’est parfois pleurer devant un film. Nous ne pouvons pas en vouloir aux acteurs ou au réalisateur. S’interroger sur ce qui nous émeut est, sans aucun doute, un éclairage sur ce qui nous habite profondément.

Ce qu’il y a d’étrange, c’est que nous nous mettons nous-même en mouvement vers cette blessure première. Comme si, à l’intérieur de nous, nous avions un guide qui nous demande de guérir ou d’accepter ce que la vie nous a réservé tout petit. Cela explique pourquoi nous retournons dans des schémas douloureux, notre inconscient nous amène à revisiter ce qui nous a construit pour mieux nous défaire de notre passé.

C’est le chemin de l’autonomie.

 

 

Nathalie Delalande
Psychothérapie analytique

(Orientation existentielle et analytique)

 

 

Articles les plus lus

Je crois ce que je vois

Temps de lecture 5 min

Article

Je crois ce que je vois ou je vois ce que je crois ?, by Jill Székely

Je crois ce que je vois ou je vois ce que je crois ? Un grand philosophe, Thomas d’Aquin, surnommé Saint…

15/12/2017
Un homme qui pleure ou une femme qui crie.

Temps de lecture 4 min

Article

Un homme qui crie est un homme qui pleure. Une femme qui pleure est une femme qui crie

Un homme qui pleure ou une femme qui crie. : Un homme qui crie est un homme qui pleure. Une…

04/08/2016
Le genre n’a pas de sexe - par Jill Székely

Temps de lecture 7 min

Le genre n’a pas de sexe ! par notre coach Jill Székely

Le genre n’a pas de sexe ! définition … Quand on parle du genre on pense d’abord au genre grammatical. Si…

06/12/2018
mots positifs - Jeu de la vie en commun

Temps de lecture 3 min

Article

Glossaire de mots positifs pour un Jeu de la vie en commun

Glossaire de mots positifs ou le dictionnaire des émotions. Glossaire de mots positifs pour un jeu de la vie en…

24/08/2019
Je m’aime, tu m’aimes

Temps de lecture 2 min

Article

Je m’aime, tu m’aimes, je t’aime, tu sèmes…

Je m’aime, tu m’aimes, je t’aime, tu sèmes… L’amour est un piège. Les êtres qui ne l’ont pas le cherchent,…

15/02/2019