Publié le 18/10/2023
  • Auteur Danielle Dufour-Verna
  • Temps de lecture 8 min

L’École Internationale de Théâtre Jacques-Lecoq s’installe en Avignon

Ariane Mnouchkine, Yolande Moreau, Simon McBurney, Sergi Lopez ou Julie Deliquet… tous sont passés par l’école internationale de théâtre Jacques-Lecoq, une institution renommée qui quitte Paris pour s’installer à Avignon, à l’ancienne caserne rue Carreterie, locaux mis gratuitement par la municipalité à disposition de l’école. Attention, futurs comédiens en vue !

école de theatre jacques lecoq avignon

© École de théâtre Jacques Lecoq Avignon

C’est à l’ancienne caserne des pompiers, au 116 de la rue de la Carreterie qu'une école de théâtre, l’école internationale d’art dramatique Jacques Lecoq a élu domicile. Après les travaux menés durant tout l’été, c’est lundi 17 octobre que dès 9h l’école a ouvert ses portes aux 46 étudiants de 1ère année et 33 en 2ème, sous l’œil satisfait mais non moins attentif de sa directrice Anne Astolfe : « C’est une nouvelle page qui s’écrit pour l’école » insiste-t-elle.

Madame le Maire Cécile Helle et Anne Astolfe directrice de l'école Jacques Lecoq © Jacques Jarmasson

Pour le maire d’Avignon Cécile Helle : « Ce lieu a une âme, avec une identité forte. Il fallait aussi de beaux espaces, puisque cette formation est basée sur le mouvement. Ce qui nous a intéressés dans cette aventure partagée, c’est que l’arrivée de cette école au cœur de ce quartier rue Carreterie, en accompagnement de sa requalification que l’on a initiée depuis deux ans, et avec une proximité directe avec l’université, pouvait apporter beaucoup, l’idée étant aussi d’accueillir toujours plus d’étudiants au sein de notre ville, à la fois d’étudiants venant d’autres régions françaises, mais aussi des étudiants internationaux, qui est, une des caractéristiques de l’école, puisqu’elle accueille chaque année environ 50 % d’étrangers dans son effectif. D’autre part, l’histoire du spectacle vivant dans la ville ne pouvait que lui donner encore plus de dimension ». par notre collaborateur Jacques Jarmasson lors de l'inauguration de l'école.

Rencontre avec Anne Astolfe, Directrice de l’École internationale de théâtre Jacques-Lecoq - Avignon

Danielle Dufour-Verna –Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Anne Astolfe – Je suis enseignante à l’école internationale Jacques Lecoq depuis 2011. J’enseigne l’analyse de mouvement et l’improvisation. Au départ, j’ai une formation de prof d’EPS et c’est comme cela que j’ai découvert le théâtre. Je suis arrivée très tard au théâtre car je me destinais à être prof d’EPS pour les personnes en situation de handicap. Il y avait là un directeur des études qui avait envie que les sportifs aient une ouverture sur des disciplines culturelles telles que la Danse, le Cirque et le théâtre. Nous avons donc été obligés de choisir –il appelait cela des langages et ça comptait dans le cursus universitaire. C’était l’époque où il y avait une demande énorme pour faire ce métier. Cela se faisait par tirage au sort et je pensais faire danse car je venais de la gym et j’étais acrobate. En fait, je n’ai pas eu de chance et je suis tombée sur le théâtre, comme ça par accident, et ça m’a passionnée. J’ai ensuite fait un stage avec des anciens élèves de Lecoq. Jacques Lecoq venait aussi du sport, j’y voyais un lien, une école qui était moins conventionnelle et je me suis dit, c’est ça que je veux faire. Bille en tête, je suis partie faire l’école Lecoq. Par la suite j’ai monté ma compagnie ‘Le Laabo’. Mon premier spectacle a été joué en 2013 à la Manufacture, un spectacle ‘Hold on’ sur les conditions de travail sur les plateformes téléphoniques. Je suis retournée à l’école Lecoq faire ma troisième année pédagogique, une année où on revisite tout le parcours de première année pour pouvoir enseigner la pédagogie. J’ai intégré l’équipe pédagogique un peu plus tard et aujourd’hui on m’a proposé de prendre la direction de l’école puisque la famille Lecoq se retire du projet mais soutient très joyeusement le projet en Avignon.

DDV - L’école gardera son nom ?

Anne Astolfe – L’école gardera son nom. On est en train de créer une nouvelle structure associative, on change de modèle de structure mais la famille soutient complètement le fait que l’école continue et elle transmet l’école aux enseignants de l’équipe actuelle.

DDV – L’École Internationale Jacques-Lecoq quitte Paris pour s’installer en Avignon. Vous m’en parlez ?

« Prenez votre bâton de pèlerin et proposez-leur une aventure. »

— Ariane Mnouchkine
Dans les escaliers sont affichées les photos des étudiants de chaque session.. ©Jacques Jarmasson

Anne Astolfe – L’école Jacques-Lecoq est une école internationale basée à Paris depuis 1976 dans un bâtiment qui s’appelle Le Central, un ancien central de boxe. Ce lieu a été vendu cette année et la question s’est posée de savoir où continuer l’école. On a rencontré beaucoup de gens à Paris pour voir quelles étaient les solutions possibles. Cela nous a posés la question, à nous équipe pédagogique : quel était le projet ? Est-ce-que Paris était la ville obligatoire ou est-ce qu’il était temps de se poser la question de quelle ville pourrait correspondre à cette école et comment, aussi, trouver un endroit où les élèves peuvent avoir un cadre de vie plus agréable, des loyers moins chers. Paris devient quand-même un enfer à ce sujet. Il y a des élèves qui vivent à 1h30 de Paris parce qu’ils ne peuvent pas se loger à Paris. Ils ont donc 3 heures de trajet par jour. Et, comme je m’interrogeais sur la possibilité de décentraliser, j’ai rencontré Ariane MnouchKine qui est une ancienne de l’école pour lui demander conseil car elle a très bien connu Jacques Lecoq. Elle m’a répondu que c’était une bonne idée de partir, de leur proposer aux élèves une aventure, un peu comme une troupe. « Prenez votre bâton de pèlerin et proposez-leur une aventure. » Je me suis demandé quelle ville pouvait être intéressante pour une école internationale. Evidemment j’ai pensé à Avignon qui est quand-même la ville emblématique du théâtre même si en principe ce n’est qu’en juillet mais il y a d’autres choses.

L'immense salle de mouvement avec ses 180 m² ©Jacques Jarmasson

DDV – Sous l’impulsion de Cécile Helle, maire d’Avignon, et de ses citoyens, la Ville d’Avignon est devenue très dynamique à longueur d’année, pour tout ce qui y est produit, sans oublier le Fest’hiver pour le théâtre en février et certains théâtres dirigés par des artistes, comme le Théâtre du Balcon, le Théâtre des Halles, le Théâtre des Carmes, Le Chien qui fume, le Chêne noir, sont ouverts à l’année. Vous vous êtes donc rendue sur place ?

Anne Astolfe –Je me suis rendue sur place. J’ai rencontré certains théâtres du Off aussi ouverts toute l’année en leur demandant leur avis si l’école venait à s’installer à Avignon. C’est vrai que j’ai reçu un accueil très chaleureux.

La salle des professeurs et sa bibliothèque - © Jacques Jarmasson

DDV- Le choix s’est donc fait sur Avignon.

Anne Astolfe – C’était un peu une évidence. A un moment on m’a proposée la ville du Mans mais je ne voyais pas trop l’opportunité. Il fallait aussi, pour un changement de ville, comme c’est un peu historique Lecoq à Paris, il fallait, pour les élèves étrangers, une ville qui résonne mondialement pour la réputation théâtrale. Lyon ou Marseille, ce n’est pas la même chose. Les élèves qui font du théâtre connaissent Paris et Avignon.

DDV – Les locaux, je crois, sont mis gratuitement à votre disposition.

Anne Astolfe – Oui, pour nous permettre de redémarrer l’aventure parce que c’est un moment de transition.

DDV - C’est génial pour vous et je pense, également pour Avignon.

Anne Astolfe –Oui, je crois. J’ai déjà l’Université qui m’a contactée. Je sens que l’école, ici, peut s’ouvrir un peu sur le monde parce qu’elle est restée, très longtemps, très discrète. Il ne s’agit pas d’en faire une énorme usine mais il y a des liens avec les Beaux-arts, l’Université… C’est bien que les étudiants rencontrent aussi d’autres gens et ne soient pas en vase clos pendant deux ans. J’ai senti une véritable volonté des acteurs culturels ou locaux. Ce que je peux ajouter c’est que l’école Lecoq est bien vivante, et en mouvement.

L'école Internationale de théâtre Jacques Lecoq est située 16 Rue Carreterie, 84000 Avignon.